labyrinte.jpgPour commencer cette année 2014, je vous propose une fable tirée du Lie Tseu, un des ouvrages clé du courant de la pensée chinoise ancienne classé dans la rubrique taoïste. L'apologue de la brebis égarée met en perspective les questions relatives à la transmission des connaissances pratiques et théoriques, par exemple dans un art martial non compétitif tel que l'aïkido, de la déformation et de la perte d'une partie d'un savoir origine liées entre autre aux interprétations qu'on pu en faire les légataires directs et les générations suivantes ainsi que l'influence des différents filtres culturels ou sociaux
Voici une version condensée de la traduction commentée par le sinologue Jean Levy dans un de ses ouvrages (1).
Le voisin du philosophe Yang Tchou avait perdu une brebis. Il avait rameuté tous les membres de son clan pour la retrouver et avait même enrôlé deux des disciples du maître Yang Tchou. Celui ci s'était étonné qu'une seule brebis égarée monopolise tant de monde. Un moment après, les voyant revenir, il demande s'ils ont retrouvé l'animal. Le fermier explique alors qu'il y a plein de sentiers latéraux et, dépité indique que non. Il explique que chaque embranchement donnait sur autre embranchement et ainsi de suite, de sorte qu'ils n'avaient rapidement plus su où donner de la tête et que par conséquent ils avaient du abandonner.
Le sort de la brebis plonge Yang Tchou dans une crise existentielle et s'enferme dans un mutisme prolongé : comme la brebis, ne s'est il pas lui même égaré dans sa doctrine et par là perdu le sens du Tao (de la voie)?
Profondément affectés par ce silence et donc privé d'enseignement pour une raison qu'ils ignorent, les deux élèves les plus avancés dans la voie provoquent une série de dialogues au cours desquels, par de subtils changements de repères, le maître les poussent dans leurs retranchements.
L'un des deux disciples fini par comprendre la lecture allégorique qu'a fait le maître de cette scène bucolique :

"c'est pourtant clair!" dit il.

"C'est à cause des multiples ramifications que la brebis a été perdue, de même que les savants perdent leur vie dans la prolifération des doctrines. Cependant elles ont une origine commune, mais en se transmettant elles en sont arrivées à diverger complètement."

Et de conclure sans vraiment donner de solution :

"Seul celui qui, en remontant à l'unité, en retrouve l'identité et évitera de se perdre. Voici longtemps que tu séjournes dans l'école du maître et pratique sa doctrine et tu n'es même pas capable de la comprendre dans ses grandes lignes, quelle pitié!"


(1) Le Lao-Tseu suivi des des quatre canons de l'empereur jaune