AikiAutrement

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 7 janvier 2017

Comprendre pour agir. 3eme partie : l'aïkido, un sport, une activité physique ou un art?

O sensei ueshibaDans le premier article c'est le fondateur Morihei Ueshiba en temps que source de l'aïkido qui est évoqué : il n'a jamais jugé utile de mettre au point quelques méthodes standardisées que ce soit pour transmettre son savoir, ni nomenclature de techniques, ni kata. Il détestait la forme, ne voyant dans les techniques que la résultante ponctuelle d'un ensemble de principes qui eux sont immuables. Pour lui l'enseignement ne pouvait passer que par kuden, l'enseignement d'individu à individu. Dans cette logique, pas de passage de grade formalisés, il évalue ses élèves selon un contrôle continu avec des critères qui lui sont propres, notamment en testant lui même en situation de pratique les capacités de ses uchi deshi à lire ses intentions, à gérer une technique en temps qu'aïté.
Le deuxième article retrace les difficultés, parfois les déboires et certainement les désillusions des uchi deshi envoyés par le fondateur pour diffuser l'aïkido en France : Tadashi ABE, Mutzuro NAKAZONO, Massamichi NORO et Nobuyoshi TAMURA tous ont tant bien que mal essayé d'adapter et de préserver l'enseignement qu'ils avaient reçu. On pourrait penser que la situation actuelle, un aikido fragmenté en de multiples courants, est le résultat d'un échec des ushi deshi parce qu'ils n'auraient pas su s'adapter d'une part aux différences culturelles entre la France et le Japon et d'autre part aplanir les querelles d'égo et de pouvoir.
En réalité il faut voir dans cette diversité des pratiques une richesse qui est le reflet de la nature plurielle de l'aïkido et avoir conscience qu'une unification conduirait de manière certaine à un nivellement par le bas, à un appauvrissement de la discipline.

Pour préserver cette diversité, il faut se mettre en capacité de s'approprier un trait de la culture Japonaise qui consiste à penser que la pluralité des valeurs et des pensées est une richesse qui contribue à la vérité absolue : être capable de coexister paisiblement et chacun peut s'il le souhaite collaborer avec l'autre, et concourir à l'entretien et à l'enrichissement de l'ensemble.

Malheureusement dans la société actuelle la tendance est plutôt à la normalisation et à la standardisation, pour l'aïkido en temps qu'activité physique le risque est de perdre son originalité en adoptant les codes des activités sportives. Qualifier l'aïkido de sport n'est pas neutre, il est important de bien discerner quelles sont les différences entre sport, activité physique et art.

Lire la suite...

samedi 8 octobre 2016

Comprendre pour agir. 2ème partie : la diffusion de l'aïkido en France par les ushi deshi

Introduction de l'aïkido en France

_judo_kawaishi-methode.jpgEn 1951, Minoru Mochizuki (1907- 2003) est invité en Europe pour enseigner le Judo, c'est avec l'aval du fondateur qu'il saisi cette opportunité pour introduire l'aïkido en France. Un an après il est expulsé pour propos antinucléaire. Dès 1952 et jusqu'en 1964 plusieurs élèves du fondateur sont dépêchés pour diffuser l'art de l'aïkido. Ils débarquent sur le sol français handicapés par la barrière de la langue, sans trop savoir ce qui les attends et livrés à eux même sans feuille de route en poche. Tous comprendront rapidement que les différences culturelles entre la France et le Japon rendent illusoire l'idée de faire un "copier-coller" de l'enseignement tel qu'ils l'ont reçu de leur Maître Morihei Ueshiba. Avant eux, Mikinosuke Kawaishi grand expert de judo à déjà fait ce constat. Il vient en France pour la première fois en 1936 puis y réside en grande partie après la guerre. Il se rend compte que les méthodes japonaises ne sont pas vraiment adaptée aux français, il développe donc un système intuitif d'instruction et un ordre numérique des techniques.
(1) Mikinosuke Kawaishi (1889-1969), 10ᵉ dan, judoka japonais pionnier du judo en France.

Lire la suite...

dimanche 21 août 2016

Comprendre pour agir. 1ère partie : O sensei comme source de l'aïkido


Article initialement publié en 09/2015 : corrigé et enrichi avant la publication de la 2ème partie.

Article 1 : DES ORIGINES DE L'AÏKIDO A SA TRANSMISSION AUX UCHI DESHI

Tasse_the_tamura.jpg Tamura Sensei (1)

L'aïkido est la création d'O sensei! Les shin aïkido (nouvel aïkido), Tamura ryu (école Tamura) n'ont pas lieu d'être. L'aïkido c'est l'aïkido. Le travail consiste à trouver comment faire pour arriver au niveau de pratique d'O Sensei. La même tasse à thé vue par le côté, par en-dessus ou par en dessous a une forme totalement différente. Aujourd'hui, chacun persuadé d'être dans le vrai s'oppose aux autres à cause d'une vision partielle et va donc à l'encontre de l'enseignement de O sensei. Il faut ouvrir son coeur et voir que telle ou telle vision des choses peut être intéressante. Il ne faut pas être enfermé dans ses certitudes. Même si les fondamentaux doivent être respectés.



Sa diffusion hors du Japon a placé l'aïkido en situation de "produit d'importation" dépossédé de son environnement historique et culturel. Ce statut est inconfortable, il s'agit de garder son identité d'origine tout en s'adaptant au nouvel environnement culturel. Le risque c'est l'effet buvard, qui conduit sans vraiment s'en rendre compte à s'imprégner jusqu'à se calquer sur les systèmes et les modes de fonctionnement majoritairement admis sans vérifier que ceux ci ne dénaturent et ne dégradent pas l'esprit et les fondements d'origine. Très vite après son introduction en France, l'aïkido s'est retrouvé a être répertorié officiellement dans la catégorie des sports. Comme tous les arts, l'aïkido ne se laisse pas enfermer facilement dans des carcans administratifs, des normes et encore moins des dogmes. A l'image de la nature, bétonnez, goudronnez, la végétation bien que d'apparence moins robuste trouvera toujours le moyen de faire surface, ou comme la tristement célèbre firme Monsanto, arrosez les champs de cocktails de désherbant jusqu'à en perdre la raison et l'herbe revient encore plus robuste qu'avant. A ce motif qui tient une place importante dans la prolifération des écoles et courants il faut ajouter l'essor de l'aïkido qui, a lui tout seul a généré jalousie et luttes de pouvoir teintées ou pas de mercantilisme.
Toujours est il que, quelles qu'en soient les raisons, le paysage de l'aïkido en France est cacophonique et ne reflète pas vraiment la direction d'harmonie et de la paix prônés par le Fondateur. Pas simple de s'y retrouver!
Nous nous retrouvons tous plus ou moins, comme dans l'apologue de la brebis égarée tiré du Lie Tseu, tantôt dans la position interrogative des disciples, tantôt dans le doute qu'a leur maître quant au choix de la bonne direction à prendre. Selon la fable, pour ne pas se perdre face à une multitude de choix possibles, il faut remonter à la source" :

C'est à cause des multiples ramifications que la brebis a été perdue, de même que les savants perdent leur vie dans la prolifération des doctrines. Cependant elles ont une origine commune, mais en se transmettant elles en sont arrivées à diverger complètement. Seul celui qui, en remontant à l'unité, en retrouve l'identité et évitera de se perdre".

Lire la suite...

lundi 1 avril 2013

Aiki-do, l'efficacité pour exister.

Livre tadashi abeJe me suis récemment procuré deux ouvrages publiés en France dans les années 50. Jean Zin, judoka français de renom à cette période se lance avec ferveur dans l'étude de l'Aïkido et écrit à la demande de Tadashi Abe qui est représentant du Hombu Dojo sur le territoire français : L'Aïki-do, méthode unique crée par le Maître Moriheï Ueshiba, en deux tomes : L'arme et l'esprit du samouraï japonais et La victoire par la paix.
Ces ouvrages ont été publiés du vivant du fondateur, le deuxième tome comporte une dédicace manuscrite du Maître.
Tout l'intérêt réside dans le témoignage d'une période de l'histoire de l'Aïkido que nous laisse un individu entièrement dévoué à la cause de cet art martial.
Dans la préface du premier tome, Tadashi Abe indique :

"j'ai été très heureux que M Jean Zin se soit chargé de réaliser non pas ma méthode, mais celle de mon vénéré Maître Moriheï Ueshiba, adaptée par une codification à l'esprit occidental, chose qui était très difficile à réaliser pour un Japonais qui n'avait pas les mêmes conceptions sur le mental, ni les mêmes us et coutumes nationaux. (....) C 'est vraiment le seul ouvrage mis à la disposition des élèves français qui traîte de la méthode intégrale de mon Maître, que certains experts japonais ont transformé en méthode personnelle, pour bénéficier à leur profit du succès que Maître Ueshiba a désiré voir étendre à tous les pratiquants sincères.

Ces deux ouvrages sont disponibles en pdf sur le web, je vous les propose en téléchargement à la fin de cet article.

Lire la suite...